BOUCLE DU DIABETE 2016 – INSCRIPTIONS OUVERTES

Comme l’année dernière, l’association Type 1 Running Team organise la Boucle du Diabète le Samedi 23 avril 2016 à Vincennes et cette fois ci, devant le château de Vincennes !  Cette année, 1500 coureurs sont attendu pour se lancer dans une des 4 épreuves proposée !!!

BANDEAU SITE

Je me permet de vous solliciter pour soutenir l’association  « Type 1 Running Team » et la recherche pour le diabète par l’intermédiaire de l’évènement en venant courir sur une des 4 courses proposées.

Voici les courses cette année :

–       à 11h00 : 6H Solo ou par équipe de 2 à 6 + Challenge par équipe

–       à 13h30 : 1,8KM –> Course jeune (Poussin/Benjamin/Minime)

–       à 14h15 : 3,3KM –> Marche ou course pour tous

–       à 15h30 : 10km + Challenge du nombre

Un village solidaire sera installé sur l’esplanade Saint-Louis devant le château de Vincennes. Il sera composé de stands associatifs (où jeux pour tous seront mis à disposition), de stands d’informations et de dépistage du diabète, ainsi que de multiples animations (Foodtruck, Consignes, Massages, Maquillage, Sculptures de ballons, Fanfare, Clown).

Pour vous inscrire (Course ou bénévolat), rendez vous sur le site : http://www.type1runningteam.org/boucle-du-diabete-2016/

Affiche Boucle A4_V2

EPSON RUNSENSE SF-810 : EPISODE 3 – FONCTION INTERVALLE

Nous allons tester dans ce 3eme billet la fonction intervalle en séance de VMA (vitesse maximale aérobie) sur la EPSON Runsense SF-810.

LA FONCTION INTERVALLE

Qu’est ce que la fonction intervalle ? Il s’agit d’une fonction permettant d’effectuer des séries d’exercices soutenus (Sprint) et léger (Récup’) et qui permet de paramétrer le temps et la distance sur les répétitions.  Je vous laisse juger par vous même ;).

TEST EN VIDÉO

La fonction Intervalle est un vrai plus qui permet de ne pas avoir à se focaliser sur la distance où sur son Chrono. Lorsque la montre est bien paramétrée, après un peu de lecture de doc’, elle nous indique par des alarmes la fin d’une phase et permet vraiment d’être concentré sur sa séance.

RESULTATS GLOBAUX de la EPSON SF-810

PARAMÉTRAGE :
★★★☆☆ Facilité du paramétrage de la fonction intervalle

EN SÉANCE :
★★★★☆ Lisibilité
★★★★★ Confort

EPSON RUNSENSE SF-810 : EPISODE 2 – GPS/ALTIMETRE/CARDIO

Dans ce billet, nous allons comparer la EPSON Runsense SF-810 et la Garmin 910XT  du point de vue du GPS et de l’Altimètre sur une sortie Trail entre 350 et 850m d’altitude par un temps dégagé. Deux montres solides et complètes pour les athlètes !

TEST EN VIDÉO

RESULTATS GLOBAUX de la EPSON SF-810

ALTIMÈTRE ET GPS :
★★★★★ Recherche du signal GPS rapide (inférieur à 5sec)
★★★★★ Précision de l’altimètre (+/- 1%)

CARDIO-FREQUENCEMÈTRE :
★★★★☆ Recherche du signal Cardio rapide (inférieur à 10sec)
★★★★★ Fiabilité de la mesure
★★☆☆☆ Stabilité du signal

IMAG1465IMAG1461IMAG1462

TOUR DU MONT BLANC EN 4JOURS – RECIT COMPLET

ARTICLE AJD DECEMBRE 2015.pngDe vieux souvenir de l’été 2015 remontent aujourd’hui grâce à l’Association des jeunes diabétiques (AJD) en publiant ce récit. Celui de mon aventure autour du Mont Blanc cette été.

Dans le cadre d’une sortie entre amis cet été 2015, nous sommes allés faire le Tour du Mont-Blanc (Vidéo) en suivant le mythique circuit de l’UTMB, soit 153kms pour 9400m de dénivelé positif. La balade en Montagne s’est faite en 4 jours, avec environ 26 à 45 kms par jours, en passant par une dizaine de cols à plus de 2000m d’altitude dans 3 pays différents : la France, l’Italie et la Suisse. J’étais le seul « novice » avec Arnaud Racine et Guillaume Briffault. Tous les autres avaient déjà fait pleins d’ultras..(80 à 160kms… ou plus) Alors forcément, il y avait un peu de stress.

Sur des sorties comme ça, il suffit simplement de se laisser transporter par le vide qui nous entoure, par le majestueux tableau fait de roche et de glace qui se dresse devant et par les émotions qui nous prennent au trippes. Le tour du Mont-Blanc, ça fait chialer. Qu’on soit diabétique où pas. C’est la première fois que je me lançais dans une si belle aventure et j’avoue m’être posé des tas de questions sur ma gestion de l’effort et du diabète.

J1 - Mont Joly.jpg

Mont Joly – 2525m d’altitude. Vue sur le Mont-Blanc

JOUR 1 : 45kms 3500mD+4>

Le premier jour, nous sommes partis des Houches en contrebas de Chamonix pour rejoindre 45kms plus loin, le refuge de la croix du bonhomme (2443m). Une chose est sûre, c’est que même avec l’expérience de traileur acquise, je ne m’attendais pas à grincer des dents comme ça. J’étais déjà lâché dans la première ascension du col de Voza, foudroyé par une hypoglycémie que j’ai su gérer sans difficulté. Je savais que j’allais revenir sur les copains par la suite.

On a continué par le Mont Joly. On a pris 1450m d’altitude d’un coup. Fatalement, je suis passé en hyperglycémie à cause du resucrage. J’avais un bon 4,02g/L (Taux normal entre 0,8 et 1,26g/L). J’avais les jambes lourdes à ce moment-là. Il a fallu tirer sur les coudes pour monter. J’ai fait l’ascension en compagnie d’Arnaud qui lui était blessé au genou. En haut, la vue sur le Mont blanc était juste incroyable. Après 25kms dans les jambes, j’étais enfin prêt et équilibré. Je le suis resté pendant tout le trajet. Il m’a fallu un temps d’adaptation et c’est souvent comme ça au départ d’une course : La glycémie à tendance à jouer au Yoyo, jusqu’à ce que j’y trouve mon moment de plénitude… Partis à 8h du matin, nous sommes arrivés à 19h30 au refuge du bonhomme. Le Mont Joli (2525m) a laissé des traces, tout comme les sentiers rocheux du col de la fenêtre (2245m) et la dernière ascension au col du bonhomme (2412m). Une bonne soupe et au lit.

JOUR 2 : 45kms 2500mD+4>

J2 - Paysage Italie.jpg

Paysage d’italie

Le second jour, on est partis à la fraîche pour profiter des paysages. Les jambes étaient déjà chargées mais le moral était bien là. Les marmottes aussi. On s’est retrouvé dans un paysage exceptionnel, à la flore dense, au milieu de rien. Direction l’Italie par le col de Seigne avec un passage par le lac Combal, Courmayeur et le col Bertone jusqu’au refuge Bonati soit 45kms sur la journée.

 

Ce jour-là, j’avais les jambes pour courir. Je suis d’ailleurs arrivé le premier au refuge avec plus d’une heure d’avance sur les autres. Le soleil frappait très fort ce jour-là et la plupart se sont laissé avoir par l’insolation. A ma grande surprise cela n’a pas eu d’incidence sur mon diabète. On ressent en général plus des sensations d’hypoglycemie dans ces conditions. Mais là, je me suis resucré régulièrement, toute les 40 minutes et j’ai réduis ma basale de 90%. La gestion était bonne.

JOUR 3 : 37kms 1500mD+4>

Le troisième jour, On a eu une météo un peu moins clémente. On a grimpé le Grand Col Ferret (2490m) au petit matin et les rafales de vents étaient déjà bien présentes. Impossible de rester plus de 10 minutes en haut. Il faisait très froid. L’objectif de la journée était d’arriver en Suisse en début d’après-midi pour profiter du Lac de Champex et d’un peu de repos. La fatigue cumulée des 2 premiers jours se lisait sur nos yeux et dans nos mouvements. Des raideurs commençaient à se faire sentir. Comment allons-nous terminer la boucle ?

J3 - Lac champex.jpg

Lac de Champex (Suisse)

Lorsqu’on court comme ça pendant 8-10 heures d’affilée et qu’on est diabétique, on peut se permettre de bien manger. On doit d’ailleurs. Et ça, c’est le petit plus de l’ultratrail. Il faut prendre des forces pour transformer tous ces glucides en énergie, boire beaucoup d’eau et faire énormément de tests de glycémie. J’utilise le lecteur AccuCheck Mobile. Ça permet de ne pas avoir à transporter les aiguilles et tout le matos qui va avec.

JOUR 4 : 26kms 1900mD+4>

Le dernier jour, on est partis à 5h30 du matin, j’avais des courbatures partout. On a fait une variante pour écourter la balade car il nous fallait ensuite repartir sur Paris. Il fallait donc pas arriver trop tard sur Chamonix.

J4 - Sommet col d'arpette.jpg

Sommet du col d’arpette

Qui dit variante ne veut pas dire roulant. La fenêtre d’arpette (2665m) est un Amat de cailloux qui ne fait pas bon grimper au réveil… 1200m de dénivelé cumulé sur 7km ! Il n’y a pas de chemin, juste quelques traces de peinture façon GR sur les rochers. En guise de réconfort, au pied du Col de la Balme (2190m) et au milieu de nul part, le chalet du glacier propose de vrais bons chocolats chaud réconfortants. Un pur bonheur. Bon, ok… ça m’a valu une hypoglycémie puis une hyperglycémie par rebond mais ça en valait vraiment la peine.

 

Un dernier au revoir au glacier de Trient et au chamois qui le surplombait. C’était un endroit magique. On s’est fait plaisir sur les 10 derniers kms en accélérant un peu, en se laissant aller jusqu’au Mont-Blanc,…incroyable, la cerise sur le gâteau.
4 jours autour du Mont-blanc, 153kms pour 9400 m de dénivelé cumulé, 33h de marche et course, 7 copains, des larmes, des rires, des courbatures, beaucoup d’émotions, la vraie vie quoi…

David Limousin

ANNEXES

AJD : Site de l’association d’aide aux jeunes diabétiques
Blog Perso : https://diabete-trailrunning.com/
Lien de la vidéo : https://diabete-trailrunning.com/2015/07/29/tour-du-mont-blanc-en-4-jours-153kms-9400md/
Site Type 1 Running Team : http://www.type1runningteam.org/

TRACES STAVA :

Jour 1 : https://www.strava.com/activities/346673111
Jour 2 : https://www.strava.com/activities/346673228
Jour 3 : https://www.strava.com/activities/346673268
Jour 4 : https://www.strava.com/activities/346674522

 

LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE, GÉRER SON POIDS ET SON DIABÈTE

Nous sommes le 24 décembre, et les fêtes de fin d’année sont lancées. C’est l’heure de passer son temps à table, d’avaler foie gras, dinde farcie au boudin et autres bûches en tout genre ! Surveiller son poids et gérer son diabète n’est pas simple en cette période, mais pas d’inquiétude ! Il y a des solutions ! Voici quelques  petites astuces pour profiter pleinement des fêtes, sans conséquence sur la balance ni sur la glycémie.

La fête oui, mais contrôlée

repas-feteLe diabète de type 2 s’installe progressivement au cours du temps. Le surpoids, et surtout l’obésité abdominale, en passant par l’hypertension artérielle et le tabagisme  sont des facteurs de risque connus pour favoriser le développement de la pathologie.

De la même façon, la prise en charge du diabète se fait sur le long terme, tout comme la gestion du poids. Autrement dit, il est parfaitement possible de profiter des fêtes même si l’on a un diabète. L’objectif est de s’accorder des souplesses aux moments clés (réveillons et déjeuners de fêtes), tout en gardant le contrôle par ailleurs (entre les fêtes). Et avec quelques consignes en tête, c’est toujours plus facile.

  • Modérez votre consommation d’alcool et ne buvez pas a jeun.  L’alcool a un effet hypoglycémiant. Champagne, vin blanc mousseux et vins rouges sont moins sucrés que les vins cuits, vins liquoreux, les cocktails de fruits, ou encore les kirs. Si vous en buvez à l’apéritif, prenez 2 ou 3 amuse-gueules pour compenser cet effet hypoglycémiant.
  • Prenez de tout mais ne vous reservez pas. C’est bon, je sais, mais la deuxième gamelle est souvent de trop. Évitez les sauces
  • Les glucides sont surtout présents dans les toasts sur-beurrés qui accompagnent le saumon, les œufs de poisson, le foie gras. Et aussi dans les desserts.
  • Attention, l’autre piège des repas de fêtes est leur longueur, sans parler de la danse qui est certes bénéfique mais à risque d’hypoglycémie. Tenez-en compte !
  • Concernant les chocolats, ils sont à éviter en dehors des repas. Il n’est pas exclu d’en prendre un ou deux avec le café.
  • Faites vous plaisir, c’est la fête, mais contrôlez votre glycémie à intervalles réguliers. Si vous êtes sous insuline, notez les teneurs en sucres et en graisses des aliments afin de choisir le nombre d’injections nécessaires.

LES CALORIES ET LES GLUCIDES

Parmi les quelques aliments les plus souvent proposés lors des fêtes, la tranche de foie gras et la part de bûche glacée sont les plus caloriques, suivies par la douzaine d’huîtres.
Viennent ensuite les marrons servis avec la dinde, le saumon fumé et la coupe de champagne.
En revanche côté glucides, seuls la bûche glacée et les marrons en apportent de façon conséquente. Bon ok, les chocolats aussi..

SE RÉÉQUILIBRER APRES LES FÊTES

Vous vous êtes fait plaisir et vous accusez quelques kilos supplémentaires sur la balance. Pas de panique ! Le retour à une alimentation diversifiée et équilibrée est le meilleur conseil pour contrôler au mieux son diabète et terminer ces périodes festives sans encombres.

Inutile de faire un régime drastique : l’équilibre alimentaire se construit sur plusieurs jours. Il suffit de reprendre rapidement vos usages alimentaires : une alimentation variée, équilibrée et raisonnable en glucides.

Enfin, il faut boire beaucoup pour s’hydrater (bouillons de légumes, tisanes) et drainer l’organisme. Il est recommandé de reprendre une activité physique adaptée : Une marche ou un petit footing et ça repart ! C’est un moyen efficace pour compenser les excès alimentaires et stabiliser sa glycémie.

12375978_421177651414117_7734792933882237818_n

Jogging Convivial de Noel organisé par le Type 1 Running Team et l’Union Sport diabète le 20 décembre 2015. Prochain jogging à Vincennes en Janvier !

Sources :
http://www.e-sante.fr/
http://www.dinnosante.fr
http://www.afd.asso.fr/

CALENDRIER et OBJECTIFS 2016

Comme tout coureur acharné ou presque, j’ai pris le temps de me poser devant le calendrier des pompiers 2016 (J’en frissonne encore) pour planifier mes courses et mes objectifs pour la saison 2015-2016. Et là, ça va envoyer du bois ! Je peux vous l’assurer !

Objectifs de la saison

25042015-DSC00999-1024x821

Philippe DHEU (au centre), vainqueur de la Boucle du Diabète en 32″34

Déjà, cette année je vais être suivi par un coach. Ca va changer la donner et je vais peut-être éviter la blessure ! C’est tombé sur Philippe DHEU (@phildheu), enseignant d’EPS à l’académie de Créteil et très bon coureur, du genre 32″ au 10 bornes quoi.. Voilà voilà.

 

Alors forcément on pousse un peu les limites.. Les principaux objectifs seront donc :
– Marathon de Paris en moins de 3h
– Pierra Menta (70km – 7000mD+)
Grand Raid des Cathares (172kms – 6800mD+)

Calendrier des courses

-7 fevrier : Maxi cross de Bouffemont – 24kms/1000D+
-13 mars : Semi de Rueil Malmaison – 21kms
– 3 avril : Marathon de Paris – 42kms
– 23 avril : Boucle du diabète (Vincennes) – 6h/10kms/3.3km/1.7kms
– 28 mai : Insulino-Trail (Escout)
– 29/5 mai : Stage Trail Chambéry
– 1/3 juillet : Pierra Menta – 70kms/7000D+ (Arêches-Beaufort)
– 15 aout : Foulée du lavoir – 8,5kms (Domeyrot)
– 13/15 octobre : Grand Raid Cathares – 172kms/6800D+ (Carcassonne)

Calendrier non exhaustif. Un peu plus, un peu moins…

VIRB0117.JPG

Arnaud et moi sur le Tour du mont-Blanc 2015. Un binôme de retour sur la Pierra-Menta 2016. (Photo : Mont Joli 2550m)

EPSON RUNSENSE SF-810 : EPISODE 1 – PRISE EN MAIN

Je viens tout juste de recevoir ma nouvelle montre EPSON RUNSENSE SF-810 et mon passeport de testeur officiel. Nous allons voir dans ce billet, les premières fonctionnalités, l’aspect général et la configuration de base de l’appareil.

FICHE TECHNIQUE

runsense-sf-810b_side.pngMarque : EPSON
Référence : Runsense SF-810
Usage : Fréquent / Compétition
Avantages produit : Moniteur de fréquence cardiaque optique, capteur GPS, autonomie de 20h, écrans personnalisables, étanche à 5ATM, Bluetooth.
Poids  : 52g
Prix affiché : 269,99€

LES COMPOSANTS, LE DESIGN

Design : ★★★★★

La Runsense SF810 doit tout d’abord connaître une première charge d’environ 2h30 une fois sortie de l’emballage. Epson à imaginé un socle de charge USB assez pratique mais toutefois encombrant. La prise secteur n’est pas fournie dans le pack.

De premier abord, la montre à une fière allure. Elle est sobre et le design est soigné. Le modèle reçu est noir avec un cerclage en acier autour du cadran ce qui lui donne un aspect agressif et classe. Une montre que l’on pourrait porter tous les jours tout en sachant que lorsque le GPS et le Cardio sont désactivés, la montre affiche une autonomie  de 6 jours.

Sous la montre se trouve le capteur optique de fréquence cardiaque. Il se fait discret. Le bracelet permet un serrage optimal autour du poignet sans provoquer de gêne ni d’inconfort.

LA PRISE EN MAIN, LA CONFIGURATION

Prise en main : ★★★☆☆
Configuration de base : ★★★★★

Après un peu de lecture sur le guide utilisateur fourni avec la montre, me voici prêt à passer à la configuration initiale. Non, ça se fait pas tout seul, la montre n’est pas suffisamment intuitive pour se lancer sur les réglages à l’arrache.

Dès le démarrage, le GPS fait les réglages de l’horloge tout seul comme un grand, il faut simplement faire les réglages utilisateur (Sexe, date de naissance, poids, taille…) et faire les réglages système (Gps, Cardio). La configuration de base dure seulement quelques minutes.

Généralement j’aime bien quand ça se fait tout seul mais là, il faut vraiment se pencher sur la doc’ avant d’utiliser le produit. Cependant la configuration initiale est rapide.

Bon allez, je vous laisse. Je vais mettre mes baskets….

VIDÉO EPISODE 1 : PRISE EN MAIN