MARATHON DE PARIS : J-10 TIC TAC…

Alors alors, on compte les jours ?? !! ? ! Ça, c’est typique du runner qui a fait une préparation sérieuse et qui veut pas s’rater ! A mon avis, le secret là, maintenant, c’est de se détendre et de pas se mettre la pression ! Parce que de toute façon c’est bien trop tard ! La préparation est normalement déjà faite !

L’hécatombe dans le peloton..

Je connais pas mal de coureurs de mon entourage qui se sont blessés dans la préparation. Je fais partis de ces chanceux malheureusement. Oui, ça fait maintenant 15 jours que je ne cours plus et que je ne peux plus suivre mon plan ! Je deviens exécrable ! J’ai laissé ma cheville sur un trottoir rue de rivoli ! Si vous la retrouvez, merci de me la rapporter.

Marathon, pas marathon !?

La question du jour est : « Est ce que je vais pouvoir honorer mon dossard ?  » La seule réponse recevable est celle de mon coach : « Ce serait dommage de perdre tout le travail que tu as fais pendant la préparation et de se détruire pour le reste de la saison, la santé d’abord ! « 

Tout est dit. De toute façon, des marathons y’en a des tonnes et mon sub 3h je compte bien l’envoyer un jour ! Et je vais pas m’arrêter là ! Non non non.

Donc si comme moi tu veux privilégier ta santé et celle des autres, mieux vaut reprendre par une course solidaire qui reverse 100% des inscriptions pour la recherche !  Rendez vous sur la Boucle du diabète le 23 avril prochain à Vincennes ! Et en plus, y’aura plein d’animations. Alors comme dis plus haut…. Pas de pression  ;).

12514003_435874909944391_1414672464050507501_o

TOUR DU MONT BLANC EN 4JOURS – RECIT COMPLET

ARTICLE AJD DECEMBRE 2015.pngDe vieux souvenir de l’été 2015 remontent aujourd’hui grâce à l’Association des jeunes diabétiques (AJD) en publiant ce récit. Celui de mon aventure autour du Mont Blanc cette été.

Dans le cadre d’une sortie entre amis cet été 2015, nous sommes allés faire le Tour du Mont-Blanc (Vidéo) en suivant le mythique circuit de l’UTMB, soit 153kms pour 9400m de dénivelé positif. La balade en Montagne s’est faite en 4 jours, avec environ 26 à 45 kms par jours, en passant par une dizaine de cols à plus de 2000m d’altitude dans 3 pays différents : la France, l’Italie et la Suisse. J’étais le seul « novice » avec Arnaud Racine et Guillaume Briffault. Tous les autres avaient déjà fait pleins d’ultras..(80 à 160kms… ou plus) Alors forcément, il y avait un peu de stress.

Sur des sorties comme ça, il suffit simplement de se laisser transporter par le vide qui nous entoure, par le majestueux tableau fait de roche et de glace qui se dresse devant et par les émotions qui nous prennent au trippes. Le tour du Mont-Blanc, ça fait chialer. Qu’on soit diabétique où pas. C’est la première fois que je me lançais dans une si belle aventure et j’avoue m’être posé des tas de questions sur ma gestion de l’effort et du diabète.

J1 - Mont Joly.jpg

Mont Joly – 2525m d’altitude. Vue sur le Mont-Blanc

JOUR 1 : 45kms 3500mD+4>

Le premier jour, nous sommes partis des Houches en contrebas de Chamonix pour rejoindre 45kms plus loin, le refuge de la croix du bonhomme (2443m). Une chose est sûre, c’est que même avec l’expérience de traileur acquise, je ne m’attendais pas à grincer des dents comme ça. J’étais déjà lâché dans la première ascension du col de Voza, foudroyé par une hypoglycémie que j’ai su gérer sans difficulté. Je savais que j’allais revenir sur les copains par la suite.

On a continué par le Mont Joly. On a pris 1450m d’altitude d’un coup. Fatalement, je suis passé en hyperglycémie à cause du resucrage. J’avais un bon 4,02g/L (Taux normal entre 0,8 et 1,26g/L). J’avais les jambes lourdes à ce moment-là. Il a fallu tirer sur les coudes pour monter. J’ai fait l’ascension en compagnie d’Arnaud qui lui était blessé au genou. En haut, la vue sur le Mont blanc était juste incroyable. Après 25kms dans les jambes, j’étais enfin prêt et équilibré. Je le suis resté pendant tout le trajet. Il m’a fallu un temps d’adaptation et c’est souvent comme ça au départ d’une course : La glycémie à tendance à jouer au Yoyo, jusqu’à ce que j’y trouve mon moment de plénitude… Partis à 8h du matin, nous sommes arrivés à 19h30 au refuge du bonhomme. Le Mont Joli (2525m) a laissé des traces, tout comme les sentiers rocheux du col de la fenêtre (2245m) et la dernière ascension au col du bonhomme (2412m). Une bonne soupe et au lit.

JOUR 2 : 45kms 2500mD+4>

J2 - Paysage Italie.jpg

Paysage d’italie

Le second jour, on est partis à la fraîche pour profiter des paysages. Les jambes étaient déjà chargées mais le moral était bien là. Les marmottes aussi. On s’est retrouvé dans un paysage exceptionnel, à la flore dense, au milieu de rien. Direction l’Italie par le col de Seigne avec un passage par le lac Combal, Courmayeur et le col Bertone jusqu’au refuge Bonati soit 45kms sur la journée.

 

Ce jour-là, j’avais les jambes pour courir. Je suis d’ailleurs arrivé le premier au refuge avec plus d’une heure d’avance sur les autres. Le soleil frappait très fort ce jour-là et la plupart se sont laissé avoir par l’insolation. A ma grande surprise cela n’a pas eu d’incidence sur mon diabète. On ressent en général plus des sensations d’hypoglycemie dans ces conditions. Mais là, je me suis resucré régulièrement, toute les 40 minutes et j’ai réduis ma basale de 90%. La gestion était bonne.

JOUR 3 : 37kms 1500mD+4>

Le troisième jour, On a eu une météo un peu moins clémente. On a grimpé le Grand Col Ferret (2490m) au petit matin et les rafales de vents étaient déjà bien présentes. Impossible de rester plus de 10 minutes en haut. Il faisait très froid. L’objectif de la journée était d’arriver en Suisse en début d’après-midi pour profiter du Lac de Champex et d’un peu de repos. La fatigue cumulée des 2 premiers jours se lisait sur nos yeux et dans nos mouvements. Des raideurs commençaient à se faire sentir. Comment allons-nous terminer la boucle ?

J3 - Lac champex.jpg

Lac de Champex (Suisse)

Lorsqu’on court comme ça pendant 8-10 heures d’affilée et qu’on est diabétique, on peut se permettre de bien manger. On doit d’ailleurs. Et ça, c’est le petit plus de l’ultratrail. Il faut prendre des forces pour transformer tous ces glucides en énergie, boire beaucoup d’eau et faire énormément de tests de glycémie. J’utilise le lecteur AccuCheck Mobile. Ça permet de ne pas avoir à transporter les aiguilles et tout le matos qui va avec.

JOUR 4 : 26kms 1900mD+4>

Le dernier jour, on est partis à 5h30 du matin, j’avais des courbatures partout. On a fait une variante pour écourter la balade car il nous fallait ensuite repartir sur Paris. Il fallait donc pas arriver trop tard sur Chamonix.

J4 - Sommet col d'arpette.jpg

Sommet du col d’arpette

Qui dit variante ne veut pas dire roulant. La fenêtre d’arpette (2665m) est un Amat de cailloux qui ne fait pas bon grimper au réveil… 1200m de dénivelé cumulé sur 7km ! Il n’y a pas de chemin, juste quelques traces de peinture façon GR sur les rochers. En guise de réconfort, au pied du Col de la Balme (2190m) et au milieu de nul part, le chalet du glacier propose de vrais bons chocolats chaud réconfortants. Un pur bonheur. Bon, ok… ça m’a valu une hypoglycémie puis une hyperglycémie par rebond mais ça en valait vraiment la peine.

 

Un dernier au revoir au glacier de Trient et au chamois qui le surplombait. C’était un endroit magique. On s’est fait plaisir sur les 10 derniers kms en accélérant un peu, en se laissant aller jusqu’au Mont-Blanc,…incroyable, la cerise sur le gâteau.
4 jours autour du Mont-blanc, 153kms pour 9400 m de dénivelé cumulé, 33h de marche et course, 7 copains, des larmes, des rires, des courbatures, beaucoup d’émotions, la vraie vie quoi…

David Limousin

ANNEXES

AJD : Site de l’association d’aide aux jeunes diabétiques
Blog Perso : https://diabete-trailrunning.com/
Lien de la vidéo : https://diabete-trailrunning.com/2015/07/29/tour-du-mont-blanc-en-4-jours-153kms-9400md/
Site Type 1 Running Team : http://www.type1runningteam.org/

TRACES STAVA :

Jour 1 : https://www.strava.com/activities/346673111
Jour 2 : https://www.strava.com/activities/346673228
Jour 3 : https://www.strava.com/activities/346673268
Jour 4 : https://www.strava.com/activities/346674522

 

ENDURANCE TRAIL – DOSSARD 3060 – LIVE

Vendredi 24 Octobre 2014 à 04h00 du matin est donné le top départ de mon gros challenge de l’année : L’endurance trail des templiers. L’endurance Trail, c’est 102Kms, 4822m de dénivelé positif cumulé dans le Parc naturel régional des Grands Causse dans le département de l’Aveyron. De quoi s’en mettre plein la vue et surtout plein les pattes…

Pour ce premier UltraTrail, je vous offre le plaisir de me suivre en direct sur le site Livetrail en recherchant dans la barre de recherche en haut à gauche le dossard N°3060 – David Limousin ! Je vous remercie déjà pour votre soutien car je sais qu’il va me faire du bien tout au long de l’épreuve.

Une première également concernant le suivi de mon diabète car je suis équipé d’un Capteur de Glycémie en continu, ce qui va me permettre de suivre au plus près l’évolution de ma glycémie pour espérer arriver au bout dans les meilleures conditions possibles et passer la ligne d’arriver fier comme un coq !

Pour me suivre en live

Site internet : http://templiers.livetrail.net/coureur.php
N° de Dossard : 3060
Heure de départ : 4h
Heure d’arrivée théorique : 20h

Suivit sur Live Trail du Dossard 3060 - Endurance trail des Templiers

Suivi sur Live Trail du Dossard 3060 – Endurance trail des Templiers