CR – TRAIL – SKYRACE DES ECRINS 48KMS 3200MD+

Mise en température

66_Dossard155

16° Skyrace des Ecrins – Dossard 155

Comme promis dans un autre article sur ma préparation, voici le tant attendu compte rendu de la Skyrace des Écrins 2014. Ça faisait maintenant plus de 3 mois que je me préparais pour l’évènement, et je vous le dis tout de suite : Le tracé était magnifique, difficile et très technique à la fois !

Nous sommes arrivé dans la nuit de vendredi à samedi avec Charlotte et nous avons pris place dans le gîte le « Moulin Papillon » à l’Argentière-La-Bessée. Après une nuit de sommeil, nous sommes partis prendre un peu d’altitude pour s’habituer à l’air ambient. Il faisait un temps orageux, on ne voyait pas le haut des montagnes… En début d’après midi, mon oncle Thierry et Christine, ainsi que Florence et Manu (Maman et Beau papa) nous ont rejoint. Nous sommes allés faire du repérage du le début du parcours après avoir récupéré mon dossard ainsi qu’un tour de coup estampillé « 16° Sky race du pays des écrins« . Je me suis vite rendu compte de la difficulté de l’épreuve que j’allais affronter. J’allais en chier… Dès la fin du premier kilomètre, on se prend direct 200m de dénivelé en guise d’apéro ! C’est à ce moment que je me suis dit qu’il fallait que je parte tranquillement pour ne pas me cramer…

Nous rentrons au Gîte et je prépare mes affaires minutieusement (Sac, Coupe vent imperméable, Bâtons, Bas de compression…La liste est longue). Je prends le temps de respirer calmement encore une fois. Demain, c’est le jour J.

Skyrace des écrins

Reconnaissance du parcours avec Manu (Km1)

Jour J

72_ZonedeDepart

Zone de départ

Mon réveil ne sonne pas à 5h comme je l’avais imaginé…. Je ne l’avais pas programmé à la bonne heure… Boulet ! Je me réveil fort heureusement 26 minutes plus tard car j’étais « un peu » angoissé par l’effort que j’allais fournir. Je plonge sous la douche pour réveiller les muscles et j’enfile mon jogging pour prendre le petit déjeuner. Je mange bien. Il le fallait car je savais qu’il n’y allait pas avoir de repas du midi.

Après m’être équipé comme un cosmonaute, je file en petite foulée vers la zone de départ près de la base de loisir de l’Argentière-La-Bessé. Il est 6h30 et l’aventure commence dans 30 minutes. Il est temps de faire un contrôle de glycémie pour gérer au mieux mon diabète pendant la course. A ce moment même je suis à 260mg/dl. Je trouve que c’est un peu trop haut pour commencer la course donc je prends ma pompe à insuline et je fais un bolus de 2 unités. A ce moment, ma pompe se mets en Erreur Occlusion ! L’insuline ne passe pas ! D’urgence, j’appelle Charlotte pour qu’elle me rapporte le matériel nécessaire. Il fallait que ma pompe fonctionne impérativement ! Nickel ce petit coup de stress juste avant la course… C’est exactement ce qu’il me fallait ! Je fais le nécessaire et je règle le débit de base de la pompe à 30%.

3…2…1…go !

Le top départ est donné. Nous sommes 246 à partir à l’assaut de ces 48kms dans lesquels les organisateurs ont caché 3200 mètres de dénivelé. Les malins..  ! Le profil de la course ressemble à ça :

ProfilSkyraceDesEcrins

Profil de la 16° Skyrace des Ecrins

Dès le départ, je me place environ dans le 2ème tiers du peloton pour ne pas partir trop vite. Je sais que j’ai tendance à me cramer dès le début donc là, vu le profil de la course je fais pas le fanfaron. En haut de la première bosse, j’ai déjà chaud. J’enlève mon coupe vent et reprend ma route tranquillement derrière un petit groupe de coureurs. Au bout de 38 minutes, j’ai 5kms dans les jambes et ma glycémie est redescendue à 193mg/dl. Je suis super bien.

75_Km5

Km5 – Skyrace des Ecrins – Montée vers le Lauzet

Au bout d’une heure de course et seulement 7kms, je cale ! J’ai tellement faim ! Avec la glycémie que j’avais au départ, je me suis dis « Tranquille, pas besoin de manger pendant la première heure ». FAUX ! Ma glycémie est tombée à 51mg/dl : Première hypoglycémie. Youhou ! J’avale un gel énergétique, un nougat et je reprend la route doucement. Le groupe est partis sans moi. J’avais pas la force de les suivre, mes jambes ne pouvaient pas…pour le moment.

Au km 10 et après 800m de dénivelé cumulé, j’en profite pour prendre des glucides. Le ravitaillement n’est pas très fourni mais les bénévoles sont très accueillants. Je retrouve la pêche.

78_Km10LeLauzet

Km10 – Ravitaillement du Lauzet

Mes jambes vont mieux. Je profite d’un kilomètre de « plat » montant pour dérouler un peu (5’15/km) et regarder le paysage. La première partie du Col de Neal est en face de nous. On attaque maintenant les vraies bosses. C’est impressionnant ! On arrive a distinguer au loin les coureurs qui sont en file indienne. Il y a ceux qui sont déjà en train de descendre de l’autre côté, et il y a nous…

Km12 - Col de Neal - Skyrace des écrins

Km12 – Col de Neal

Km13 - Col de Neal

Km13 – Col de Neal ( Test de glycémie : 85mg/dl)

Dans la dernière partie de la montée du Col de Neal au Km 15, je commence à sentir mon coeur battre très fort. Nous sommes à 2400m d’altitude et ça fait maintenant 2h15 que nous sommes partis. Je me pose quelques secondes pour faire un test. Ma glycémie est à 66mg/dl. Deuxième hypoglycémie ! Là, ça deviens tendu… Je mange encore ! Le seul problème, c’est que si je continue à faire des hypos, je vais épuiser mon stock de barres énergétiques trop rapidement et je ne pourrais pas terminer la course. Avec le dénivelé qu’on enchaine depuis le départ, ma glycémie à du mal de remonter. Ça doit être proportionnel :D. Il faut que je trouve une solution.

A ce moment là, je débranche ma pompe et je décide de continuer la course sans elle (Je la laisserais plus tard à charlotte au ravitaillement du plan du Peyron – Km28).

Km17 - ColdeNeal - Skyrace des écrins

Km 17 – En haut du Col de Neal à 2509m d’altitude

Km17 - ColdeNeal

Km17 – Col de Neal – Chemin en direction des Chalets Clapeyto

Le vue est splendide. Une fois en haut, nous empruntons un chemin pour redescendre vers les Chalets Clapeyto  à 2150m d’altitude (Km21). Je reprends mon souffle, je respire pour tenter de calmer mon rythme cardiaque et je me rend compte que mes  jambes vont plutôt bien. Je me découvre des talents de descendeur de l’extrême. Je rattrape plusieurs coureurs et j’arrive même à leur mettre quelques minutes dans la vue… Il va falloir maintenant ne pas les reperdre dans la montée du Col des Ayes jusqu’à 2477m d’altidude. C’est assez raide. Je me rapproche d’un coureur et je reste derrière. Je pousse sur mes bâtons et je regarde ses pieds pour avancer machinalement.

Km23 - Col Des Ayes

Km23 – Col Des Ayes – 2477m d’altitude

Km23 - ColDesAyes - Vue en direction du Plan du Peyron

Km23 – Col Des Ayes – Descente vers le Plan du Peyron

Heureux comme tout de traverser une portion enneigée, je venais de faire la moitié du parcours, d’avaler 23km et 1900m de dénivelé positif. Une longue descente d’environ 6km jusqu’au plan du Peyron pointait alors le bout de son nez ! Banzaiii ! C’est à mon tour de s’amuser ! Je vois les groupes de coureurs défiler. J’ai du doubler environ 20 personnes dans la descente ! Le pied.

Km28 - Ravitaillement du Plan du Peyron

Km28 – Ravitaillement du Plan du Peyron

Arrivé au ravitaillement du Plan du Peyron frais comme un gardon, je me fais chouchouter par ma famille. Ils en profitent pour m’encourager et pour me poser des questions sur mon équilibre. A ce sujet, tout va bien, j’ai seulement fait que 2 hypoglycémies… C’est donc le moment de se remplir les poches de barres énergétiques et de faire le plein d’isostar ! Quel bonheur de les voir juste avant la terrible montée du Pas de l’Ase (2700m) !

Quelques kilomètres plus loin, un peu avant les Chalets d’Orcières, Manu et Thierry sont là pour m’encourager. On remarque au loin le Pas de la casse de l’ase et on se pose des questions concernant l’ascension. Il n’y a pas de chemin qui monte tout la haut. « C’est tout droit monsieur ! »… Oui,oui…C’est celà…

Km31 - Marc Antoine (Dossard 105) dans la montée du Pas De L'Ase

Km31 – Marc Antoine (Dossard 105) dans la montée du Pas De L’Ase

Et bien si ! Le monsieur il avait raison. Voyant la trainée de coureurs dans Le Pas de l’Ase, je prends le temps de faire une glycémie (92mg/dl) et de me ressourcer avec une pâte de fruit. Je rencontre au même moment Marc Antoine (Dossard 109), avec qui je vais établir l’ascension de ces 600m de dénivelé sur 1km… !

Pour grimper en haut de cet interminable Pas de l’Ase, il nous a fallut 42 minutes ! Le pas était lent et les muscles durs. Heureusement qu’il y avait les bâtons pour me tenir debout !

Une fois en haut, il n’y a plus qu’a savourer son effort quelques minutes…et repartir les yeux pleins de belles images.

Km32 - Vue sur la crête de l'alpavin depuis le Pas De L'Ase

Km32 – Vue sur la crête de l’alpavin depuis le Pas de la casse de L’ase

Km32 - Pas De La Casse de l'Ase

Km32 – Pas de la casse de l’ase

Km32 - Pas De La Casse de l'Ase

Km32 – Pas de la casse de l’ase

 

 

 

 

 

La descente s’amorce le long de la crête de l’alpavin pour continuer jusqu’au lac de l’ascension pendant 3 kilomètres. Nous perdons alors 400m d’altitude dans une descente très technique (neige, roche). Le terrain est très instable et la pente est raide. Au lac de l’ascension, la magie opère encore une fois…

Km35 - Descente vers le lac de l'ascension

Km35 – Descente vers le lac de l’ascension

Km35 - Lac de L'ascension

Km35 – Lac de L’ascension

Km35 - Lac de L'ascension

Km35 – Lac de L’ascension

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne reste plus que 13kms et je me sent bien. Un légère montée jusqu’à la crête des Queyrellets s’entame. Mes jambes veulent courir alors je les écoutes. Certaines coureurs n’en peuvent plus, ils marchent. Arrivé en haut de la crête, j’en profite pour les laisser derrière moi en entamant cette longue descente jusqu’à l’arrivée 10kms plus tard. Peut avant le dernier ravitaillement à l’Oriol, je double un autre groupe de 6 coureurs en descendant comme un barge ! C’était génialissime !

Km47 - Dernier kilomètre avec Manu

Km47 – Dernier kilomètre avec Manu

Le hic, c’est que la descente avait un dénivelé négatif de 1400m et que 4 kilomètres avant l’arrivée, mes jambes se sont chargés à bloc. Mes intestins aussi à cause des chocs au sol… ! Aie aie aie… Il fallait que je marche un peu.  Je me suis fais doubler par deux coureuses qui savaient mieux gérer les descentes.

Un kilomètre avant l’arrivée, mon beau père m’attendait ! On a fait le dernier kilomètre ensemble. Il y avait cette sensation étrange de sentir la fin d’une belle aventure.. ! A ce moment là, je ne voulais pas que ça se termine, c’était un grand moment de plaisir.

Fier comme un coq, je franchis la ligne d’arrivée en 8h04min19sec à la 76ème position ! Je n’en espérais pas tant. Ça restera un instant magique et inoubliable !

Mes plus grandes supportrice à l'arrivée. Grand moment

Mes plus grandes supportrice sur la ligne d »arrivée. Grand moment d’émotion.

Merci à l’organisation de la 16° Skyrace des écrins pour ce tracé magnifique. Très belle course à ne manquer pour rien au monde !

>> Album photo complet de la skyrace : 16 ° Skyrace des Ecrins

 

Publicités

2 réflexions sur “CR – TRAIL – SKYRACE DES ECRINS 48KMS 3200MD+

  1. Marc dit :

    Bravo David, super Cr et super course. A bientôt sur d’autre trail
    Marc
    PS: on était au gite le moulin papillon ensemble le samedi soir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s