EPISODE 0 – LA DÉCOUVERTE !

La découverte

Le dimanche 17 octobre 2009 lors d’une fête de famille, et plus particulièrement pour les 20 ans de ma chère cousine Alicia, nous avons passé la journée entière à avaler du salé puis du sucré… Vous savez ce que c’est un rassemblement en famille, on en profite pour faire de chaque seconde un moment unique. Tant pis pour les kilos en trop et pour le cholestérol !

Ici, je ne vais pas parler de la bouée qui se balade autour de ma ceinture abdominale mais de ce qui fait de ma vie un combat chaque jour depuis le lendemain de ce fameux week end en famille : Une course d’endurance longue et technique qui s’appelle le diabète (Type 1). Le diabète c’est quoi ? C’est lorsqu’il y a un trouble de l’assimilation des sucres apporté par l’alimentation. Cela se traduit par un taux de glucose (Glycémie) élevé dans le sang. En tant normal, le pancréas est là pour secréter de l’insuline afin de faire baisser le taux de sucre. Ainsi, le glucose ne s’accumule pas dans le sang mais dans les cellules de l’organisme pour être stocké et utilisé a bon escient. Chez moi ça marche plus. Voilà c’est dit ! Je suis diabétique.SavedPicture-2014529132153.jpg

Tout a commencé dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2009. J’ai du me lever au moins une quinzaine de fois pour épancher mon incroyable soif et pour uriner ensuite tout ce que j’avais bu ! Un vrai dromadaire… Je savais que j’avais abusé de la merveilleuse mousse au chocolat des Caranchini et de la totalité des gâteaux présents sur le buffet ce jour là, mais je ne faisait pas forcément attention aux conséquences a l’époque.

Justement parlons-en un peu de l’époque. J’étais en Licence Pro Conception Mécanique Assistée par Ordinateur à l’IUT du Montet de Nancy-Brabois et dès le lundi midi, nous avons décidé d’aller manger au KFC avec les autres membres de la promo. Je ne ressentais plus ce besoin inhabituel d’occuper les toilettes toutes les 30 minutes jusqu’au début d’après midi, quelques heures après avoir bien profité de l’offre « Ice Tea & Crispy tender  » a volonté… Miam.

L’expression « Aller pisser un bol » prenait alors tout son sens, sauf que là on en était plus au stade du bol, c’était carrément des cruches ! Je ressentais aussi une sensation de flou dans la vue et des montées de chaleur au niveau de mon visage, sans parler de cette intarissable soif qui était revenue. C’est à ce moment, dans l’après-midi du lundi 19 octobre 2009 qu’un amis de la promo, Benjamin HUSSENET m’a parlé des symptômes du diabète. Sylvie, sa mère, était a l’époque infirmière au CHU de Nancy-Brabois et devait l’avoir briefé dessus ! J’en profite pour passer un petit coucou et les remercier de leur écoute. Mon Père étant également diabétique depuis son jeune âge et bien que la maladie ne soit pas héréditaire, j’ai pris la remarque de Benjamin au sérieux et épluché les forums santé pour en savoir d’avantage ! Je vais avouer que le jour là le cour n’était pas du tout une priorité, je ne me souviens même plus de la matière tellement j’étais préoccupé… Dès la fin des cours sur Doctissimo, je me suis dirigé chez moi médecin, le docteur De-Jésus Stéphane qui venait d’installer son cabinet près du jardin botanique du Montet à Brabois. Verdict : Une glycémie à 550mg/dl et 4kg de perdus en deux jours !!!

C’était partit ! Le temps de rentrer chez moi Avenue Jean Jaurès pour prendre mon sac de « voyage » et prendre un peu de quoi faire passer le temps, j’entendais déjà la sirène du Samu hurler devant ma porte pour m’emmener… ! Au bout de 3 jours d’hospitalisation à l’hôpital Jeanne d’arc de Dommartin-Les-Toul et environ 483 rubik’s cube résolus, on m’a diagnostiqué un diabète de type 1, c’est a dire traité par injection d’insuline.

Aux bout de deux années seulement, je me suis mis à accepter la maladie, elle qui prenait une place gigantesque dans ma vie. Mais ça c’était bien parce que je la laissais prendre presque tout l’espace, parce que je ne la prenais pas en main. Il faut avouer que lorsque ton médecin t’annonce du jour au lendemain qu’il va falloir te faire 4 injections d’insuline par jour, ça te mets une sacré grosse claque dans la gueule ! Un peu comme le mythique mur que rencontre un jour le coureur d’endurance, celui qui semble infranchissable quand on le regarde d’en bas et quand on est déjà physiquement bien entamé…

Depuis j’ai pris les devants ! Je me suis progressivement mis à la course a pied en faisant de la course de fond avec l’ASRHV et l’Athletique Vosges Entente Club (AVEC). J’ai troqué mes crampons Adidas par des chaussures de running Asics (Oui, je faisais du foot. Quand j’y pense c’est vraiment un sport de chochotte !). En 2011 j’ai donc pris ma licence d’athlétisme à l’ASRHV a Remiremont dans les Vosges auprès du coach Pierre BERETTA (Que je remercie de m’avoir transmis sa passion). Après bien des séances sous la pluie et la neige, après quelques entrainements spécifiques en côte et sur piste et après avoir supporté les remontées d’acide lactique de Matthieu PINOT, je me suis lancé sur mes premiers 10kms (Vittel et Thaon en 39’45), je suis allé jusqu’aux inter-région en cross long et j’ai poussé en fin de saison pour faire ma première course nature à l’Infernal trail des Vosges (30kms – 3h11 et des brouettes..). Pas magique mais le jour là, j’ai eu un déclic pour le sport d’endurance. Une passion pour le trail est née !

David1

Foulées de Clichy 2014

Pendant deux saisons, j’ai donc logiquement et complètement laissé a l’abandon mes Asics pour chercher du travail et avancer professionellement. Les pauvres chaussures. Elle qui m’ont tant supporté… De toute façon, il était grand temps de les recycler et de passer a autre chose. Le drop était proche du négatif, c’était comme si j’avais les pieds direct au contact du sol. Pendant 2 ans donc, pas de course a pied. Si ! Juste quelques petits footing pour entretenir les poignées d’amour et un peu de boxe française pour le cardio’ et la souplesse de mes jambes en bambou !
En septembre 2013 en arrivant a Suresnes (Ile de France) et en laissant derrière moi mes Vosges natales, j’ai repris une licence au club de Suresnes Passion Athlé-Marathon (SPAM), club récemment affilié à la FFA. Je savais que j’allais reprendre la course a pied un jour, mais j’attendais simplement d’avoir une vie stable, équilibrée et de rencontrer Charlotte avec qui je suis pacsé pour m’accompagner jours après jours. Là, c’était le bon moment !

Avec le coach des SPAMs, Christian HUBERT, j’ai vite retrouvé de bonne sensations en accrochant les vieux pleins d’expérience du club… J’ai aussi retrouvé, comme chaque matin, une envie de dépassement de soi et une soif de défis ! Certainement pour engager un combat, non pas contre le diabète, mais justement pour le connaître d’avantage, vivre avec et pour ne faire qu’un avec lui. Christian est un ancien coureur de demi-fond de haut niveau, il est titulaire d’un brevet d’état de 2ème niveau. Il a très vite su me redonner confiance en mes capacités, il était à l’écoute de mon diabète et de mes objectifs de la saison. Ses entrainements sont complets, variés (PPG, VMA courte et longue, Séance de côtes) et l’ambiance au sein du club correspondait à ce que je recherchais : du plaisir et de la convivialité. Merci au coach pour tout ce qu’il fait pour le club et merci aux membres pour ces nombreux moments de détentes !

Aux fur et à mesure de la saison, j’ai enchainé les 10kms et mis une énorme claque a mon record en terminant en 37’32 les foulées de Clichy en mars 2014. Plus de 2 minutes de moins sur mon précédent record établi à Thaon-Les-Vosges en 2011. Je vois que j’ai la forme, j’enchaine les séances de côtes dans le bois de Saint-Cloud, je prend soin de mon alimentation et de mes glycemies pour être équilibré le mieux possible. En réalité, je préparais l’Ecotrail de Paris qui se déroulait le 29 mars 2014. Pour moi c’était quelque chose de magique, moi qui n’avais jamais enchainé plus de 30kms d’un coup a l’infernal Trail, mais le simple fait de savoir qu’il fallait rallier le Château de Versailles à la tour Eiffel par les bois d’ile de France me faisait rêver. Quoi ? Du dénivelé à Paris ? Oui oui, je vous assure… 50kms de plaisir et de découverte de soi-même : un sacré défi !

Je l’ai terminé en 4h45 en prenant un plaisir fou à me faire du mal. J’ai toujours eu des petits soucis dans ma tête depuis que je suis tombé du lit et du toit de la maison a Chamonix…^^ J’en ai tellement laissé couler des larmes de joie… Tous les coureurs avides d’endurance le savent, l’émotion est si grande et si particulière lorsqu’ on passe la ligne d’arrivée après des mois de préparation. L’émotion est aussi là quand on ressent que les gens qu’on aime nous soutiennent et partagent ces mêmes larmes avec toi.. Ca fait partie des plaisirs du trail… Et du plaisir je vais en prendre encore pendant longtemps, je vous le dis !

Un nouveau départ

SavedPicture-2014529132122.jpg

Pompe à insuline et Catheter.

Nous sommes le 27 mai 2014, exactement deux mois après l’Ecotrail de Paris. Je me pose beaucoup de question concernant la cohabitation entre ma nouvelle passion et mon diabète car le sport d’endurance fait aussi penser à une nutrition adaptée, à l’apparition de la fatigue et à un risque élevé d’hypoglycemie… Toutes ces questions surgissent car depuis ce matin, je suis a l’hôpital de la Pitié-salpetriere à Paris pour tester ma nouvelle pompe a insuline. Pourquoi ce changement de traitement ? Tout simplement parce que la pompe, c’est moins de contrainte et parce qu’il est plus facile d’équilibrer son diabète quand on vit sa vie a 200%.

SavedPicture-2014529132136.jpg

Pompe en mode footing autour de la ceinture.

La pompe va permettre une injection en continu d’insuline rapide et ce pendant toute la journée. Elle ressemble a un tamagotchi et est connectée en Bluetooth a un lecteur de glycémie qui va permettre de donner des ordres à la pompe à insuline. Avec ça, si je deviens pas coureur d’ultra-connecté ! La pompe remplace mon pancréas défectueux en quelque sorte… Elle me permet de ne faire qu’une seule piqûre tous les 3 jours (Contre 4 par jour auparavant !) en posant un cathéter et ainsi de faire les injections aux heures des repas ! Un vrai bonheur et une vrai sensation de liberté !

La pompe va me permettre de réguler de manière plus précise mon taux de sucre dans le sang en limitant au maximum les variations de glycémie et ainsi de mieux vivre au quotidien en réduisant les risques d’hypoglycémies. En parlant d’hypoglycemie, comment ca va se passer pendant un ultra-trail ? Quelle nutrition sera la plus adaptée avant, pendant et après la course pour passer la ligne dans un état correct sans se mettre en danger ?

Ce sont toutes ces questions qui m’ont poussé à écrire tout cela. J’ai ressentis le besoin d’en parler. Il fallait que je partages et que j’échanges avec d’autres personnes pour pouvoir me lancer à la conquête d’ultras-trail mais aussi pour montrer à mon corps que le diabète n’est pas incompatible avec le sport d’endurance. Loin de là ! Alors lâchez vous vous aussi !

Courrez et profitez de la vie !

Un grand merci à vous d’avoir fait preuve d’endurance pour aller jusqu’au bout de cette article.

David. Futur Ultra-trailer Bluetooth 🙂

Publicités

26 réflexions sur “EPISODE 0 – LA DÉCOUVERTE !

  1. Vincent C dit :

    Merci pour ton retour. Quand tu dis que tu essayes de partir a 1,6, ca signifie que tu manges avant de partir quand tu es en dessous? Si oui, tu prends quoi par exemple? Est-ce qu’il peut t’arriver de partir sans manger si tu es déjà à 1,6? Et avant d’être sous pompe, tu mangeais avant?

    Moi, en etant sous lantus pour la basale en stylo (16u), je suis incapable de partir 1h sans manger 50g de glucides avant… Je ne réduis la lantus la veille que pour les sorties longues, mais même avec ca, c’est pas génial, je fais souvent des hypos.

    Mon Endocrino m’a souvent parlé de la pompe pour le sport et j’étais plutot contre être branché en permance jusqu’à présent, mais lire ton témoignage naine et pas mal d’autres depuis quelques semaines me fait réfléchir…

    Avec plaisir pour rediscuter de tout ca a ton retour des templiers. Je suis base à Lyon et j’ai 31 ans.

    J'aime

    • DavidLimousin dit :

      Salut Vincent.

      Effectivement quand je dis que j’essaye de partir à 1,6g, c’est que soit je mange un petit quelque chose, soit je fais une légère injection pour redescendre mon taux de sucre.. Dans le cas où je mange je prend un petit gouter (Pain-Chocolat/Fromage). Avant, quand je n’étais pas sous pompe, je n’avais pas la même gestion de ma glycémie. Je prenais systématiquement quelque chose et c’était pas top. Il faut être entre 1,4 et 1,8g pour être au max. Si je suis déjà à 1,6g avant de partir, c’est nickel, je fonce mais j’ai toujours quelque chose avec moi (Barre/ Gel de maltodextrine/ Nogat…) ! De quoi se faire plaisir quoi.

      Il faut que tu manges plus souvent pendant tes sorties longues pour éviter les hypoglycémies. Enfiles toi un truc toute les 30″ et test ta glycémie régulièrement au début pour te connaître un peu plus. Ca te permettra d’établir quelques règles de fonctionnement de ton corps car mon plan d’alimentation est le mien et n’est pas universel..

      Côté pompe, je n’ai qu’une seule chose à dire : Fonces.

      J'aime

  2. Vincent C dit :

    Hello!

    Je viens de tomber sur ton site un peu par hasard, au détour d’une recherche google sur le peu de blogs en français sur le diabète, et encore plus sur la course à pied…

    Diagnostiqué en 2009, je me suis mis à la course petit à petit, pour en arriver aujourd’hui à des épreuves route type marathon ou trail type saintexpress. Par contre, je suis sous stylo d’insuline avec 1 injection de lente par jour et 1 de rapide à chaque repas.

    Comme toi et beaucoup de diabétiques, j’ai beaucoup tâtonné sur la subtile équation glycémie/insuline/alimentation avant/pendant/après l’effort (à l’entrainement et en compétition). Je serais curieux de connaître ton « plan alimentaire type » pour des sorties variées, type 1h en endurance, une séance de fractionné, une sortie longue de 2h, en compétition, etc.

    De mon côté, je suis pour l’instant sur un mode: crème sport déjeuner avant l’effort (environ 50g de glucides avec un IG modéré), 1 gel avec 30g de glucides toutes les 45 minutes d’effort et de l’eau en accompagnement. Cependant, même si ça marche assez souvent, ce n’est pas parfait et j’ai plutôt tendance à faire des hypos (parfois grosses, sans trop comprendre).

    Donc je suis preneur de retour d’expériences, et si on peut en discuter à l’occase en direct, ça pourrait etre une bonne idée.

    Merci pour ton blog et à bientôt.

    J'aime

    • DavidLimousin dit :

      Salut Vincent.

      Je suis ravi que quelqu’un comme toi ai pu trouver mon blog car avant tout, ce que je recherche, c’est la rencontre et l’échange. Alors pour les petites sorties running et + : VOLONTIER ! Il faut que nous échangions sur le sujet de la course à pied car la gestion du diabète et vraiment complexe, et incertaine… tu as raison sur ce point.

      Pour ce qui est de mon « Plan alimentaire Type » comme tu dis, ça dépend des séances déjà :
      – Pour une sortie Fractionnée qui va durer environ 1h15 – 1h30 (20min échauffement – Séance 16x200m – Récup’ 15 min), je vais faire en sorte de partir à 1,6g et ne rien manger pendant la séance. Je réduit simplement ma basale de 90% sur ma pompe et j’ai quelques sucres sur moi au cas ou.
      – Pour une sortie d’1h en endurance, pareil.
      – En revanche, ce qui change c’est quand je fais mes sorties longues (Jusqu’à 4h parfois). Je pars à 1,6g et je réduit ma basale de 90% Je prends mon camelbak avec 1,5L d’eau qui me permettra d’avaler les gels plus facilement. Les gels/Barres/autres, c’est toute les 30 à 45min en fonction de la portion en cours, en fonction de l’effort car c’est rarement plat..

      Pour la question des gels, j’ai entendu plusieurs fois parler des gels avec de la maltodextrine, plutôt que les gels concentrés en glucides qui parfois favoriseraient les hypos. Donc à tester.

      Tu es d’où ? Qu’on se prévois une rencontre 😀
      A très bientôt.

      J'aime

      • vzchartier dit :

        Hello,

        Lors d’un rdv avec mon endocrino, j’ai finalement décidé d’essayer la pompe en décembre lors d’un bilan annuel! Ton avis ainsi que pas mal d’autres sur twitter m’ont convaincu de lui laisser sa chance, même si le principe du « branché en permanence » était rédhibitoire pour moi jusqu’à présent…

        Pour être honnête, je ne peux plus courir 1h sans faire d’hypo en ce moment, donc cela a précipité mon choix (dose de lantus bonne pour la journée mais trop élevée pour le sport; et à l’inverse, si je la baisse, je suis mieux dans l’effort mais trop haut au quotidien)…

        Merci encore pour ton blog et à bientôt sur Twitter (et pourquoi pas autour d’un chat à l’occase pour discuter presque de vive voix de trail, diabète & tout le reste).

        J'aime

      • DavidLimousin dit :

        Salut Vincent !

        Je suis content que mon avis soi lu et qu’il ai pu t’orienter à prendre une décision. Aujourd’hui, je en saurais pas revenir aux multi-injections ! La pompe c’est vraiment le bonheur.
        Justement, toi qui a souvent des hypos à cause de la basale, avec la pompe tu peux la réduire et adapter selon les heures, c’est vraiment pratique pour faire du sport et limiter les risques d’hypoglycémie.
        Je te propose de me rajouter sur les réseaux, on aura l’occasion de discuter et puis à la rigueur s’échanger les numéros de tél etc … 😀

        Diabétiquement.

        David

        J'aime

  3. Mejean Jean Pierre dit :

    Je participe à des trials comme toi seulement de vingt kilomètres avec un dénivelés moyen de 1200 mètres environ souvent sous la chaleur ou en plein soleil c est encore plus éprouvant merci pour tes récits très précis et vivants en étant diabétique sportif je te comprends tout à fait et à partir du diabète comme moi tu t offres une nouvelle vie sportive pour moi je repousse mes limites physiques pour rester ds le coup à 62 ans bravo encore le sport nous permet de mieux exister parfois ds l effort je ne pense même plus à mon diabète .

    J'aime

    • davidlimousin dit :

      Je vous félicite également pour ce que vous faites et j’ai un profond respect pour tous ceux qui se battent pour s’en sortir et se sentir libre au maximum. Je vous remercie d’avoir lu mes récits et j’espère que ça peut aider encore d’autres personnes. Continuez à faire du sport surtout 😀

      J'aime

  4. ta marraine dit :

    bravo David de faire partager ton vécu face au diabète et au sport d’endurance
    je suis fière de toi, ta marraine qui t’embrasse bien fort, j’espère que ta pompe a insuline fait bien son travail!

    J'aime

  5. Vanessa dit :

    Très beau témoignage David.
    Une grosse pensée des SPAM depuis la Bretagne. Je viens de lire ton post à haute voix et tu as ému l’assemblée. Bon certains on un peu râlé au passage des « vieux pleins d’expérience » mais ils n’étaient pas obligés de se sentir visés !!!
    J’espère que la prochaine fois tu seras des nôtres.
    Bises
    Vanes

    J'aime

    • davidlimousin dit :

      Avec toute cette émotion, je ne peux que revenir au club l’année prochaine !! Merci a tous !
      Profitez bien de votre week end et de votre dernière soirée en Bretagne.
      Longue vie aux Spams 😊.
      Bises

      J'aime

  6. céline richard dit :

    Récit très émouvant….Je suis fière de toi de ton courage, de tes mots car ce n’est pas toujours facile de dire ce que l’on ressent. tu m’a mis les larmes aux yeux…Et je te souhaite de devenir un Futur CHAMPION Ultra-trailer. Encore bravo pour ma motivation et surtout ne baisse jamais les bras. Ta grande sœur qui t’aime

    J'aime

    • davidlimousin dit :

      Coucou grande soeur. Merci pour ton message de soutien. Il me fait chaud au Coeur et me réconforte pour la suite, pour réaliser mes défis et assouvir mes envies.
      Je ne deviendrais jamais un Champion d’Ultra mais au moins un petit peu pour avoir combattu jusqu’ au bout !
      Je vous embrasse fort tous les 4 ! ❤

      J'aime

      • davidlimousin dit :

        Ce matin, j’ai fait un test sur une sortie de 3h30. J’ai pris un bon bol de lait avec des céréales (blé complet) et un café.. Au niveau des glycémies j’etais un peu limite au bout d’une heure déjà..
        Peut-être qu’il me faudrait des petits dej plus complets..
        En prenant des Gels toutes les heures ca allait.

        J'aime

      • davidlimousin dit :

        Elle monte normal mais elle redescend trop vite, comme si j’avais pas assez de sucres lents dans le sac.

        J'aime

  7. Rémi dit :

    Je prends du dextrose en poudre que je mélange à de l’eau. Au gout c’est moitié moins sucré que le sucre.
    Teste avec des petites doses pour commencer, mais en buvant doucement le risque de faire une hyper est très faible.

    Je mange environ 1h avant le sport, et un petit café ça peut aider pour l’endurance. Mais je ne fais jamais d’efforts si long que toi.

    J'aime

    • davidlimousin dit :

      Tu as des références en boissons ? Il va falloir que je fasse des tests pour voir si il n’y a pas de sensation de dégout au bout de quelques heures d’efforts..
      Je pense qu’il va falloir trouver un rythme pour consommer les gels et les boissons pour par non plus tomber dans l’hyperglycémie ! Avant les efforts tu as peut-être des petites astuces toi niveau nutrition ?
      Merci petit frangin 😊

      J'aime

  8. Fredrun dit :

    Je m’attendais à un tout autre récit en lisant le titre. Mais Très beau témoignage, émouvant même. Bravo pour ton courage. Le sport est une fiidable clé de soupape et un vrai moteur pour avancer et affronter les intempéries de la vie. Keep going !

    J'aime

    • davidlimousin dit :

      Il faut effectivement remercie le mec qui a inventé le sport ! C’est un des meilleur moyen de s’aérer la tête, de penser a rien et de penser a tout en même temps. Merci d’avoir lu l’article Fred 😊.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s